Font Size

Cpanel

VSE 193 - Prix de thèse 2012

Les performances des réseaux d'accompagnement entrepreneurial

Résumé :

Les études sur les processus d’accompagnement des créateurs d’entreprises et sur la mesure de leurs performances sont encore émergentes. L’étude restituée dans cet article s’efforce d’identifier les différents types de réseaux d’accompagnement des créateurs d’entreprise, puis d’en comparer les indicateurs de mesure des performances. L’étude repose sur l’analyse comparée des trajectoires suivies par 37 projets de créations de PME accompagnées par une pépinière d’entreprises d’Ile-de-France. Elle fait principalement appel à la méthode originale des études de cas narratives quantifiées

Introduction :

La création d’entreprise est un enjeu national dans la mesure où les PME sont devenues le principal levier de croissance économique et de création d’emplois productifs. Cet enjeu est d’autant plus stratégique pour la France que le nouveau statut d’auto-entrepreneur institué en 2009, a permis de tripler le nombre de créations d’entreprises entre 2008 et 2010, mais a également quadruplé le nombre de liquidations ou de mise en veille de PME. Malgré la densité des réseaux mis en place, l’accompagnement entrepreneurial souffre en France de diverses carences mises en lumière par le rapport ministériel intitulé « accompagner l’entrepreneuriat, un impératif pour la croissance » . Ce rapport conclut en effet à la nécessité que « l’accompagnement se rapproche du coaching et devienne un véritable réflexe entrepreneurial ».
    
Ce constat des professionnels de l’accompagnement a trouvé peu d’échos dans les milieux scientifiques, puisqu’un nombre limité d’études récentes a porté sur la dynamique de l’entrepreneuriat accompagné (Grossetti et Barthe, 2010) et sur l’évaluation de l’accompagnement de la création d’entreprise (Messeghem et al., 2007). Ce désintérêt relatif s’explique notamment par la difficulté d’observer les processus d’accompagnement de populations hétérogènes d’entrepreneurs et de mesurer l’efficacité de cet accompagnement par des réseaux – non moins disparates – de prestataires de conseils, de formation, d’assistance ou de financement. Pourtant, depuis White (1981) et Granovetter (1985), les recherches sur les réseaux sociaux ont permis d’en préciser les structures : ils sont constitués de nodes ou nœuds (acteurs, groupes d’acteurs et/ou organisations) liés par des relations formelles ou informelles et par des transferts de ressources (Degenne et Forsé, 1994). Ces travaux ont constaté que l’appartenance à un réseau constitue une source d’avantage concurrentiel, car elle contribue à limiter les coûts de transaction entre les membres du réseau et à accroître leur capacité à mobiliser des ressources.

L’objet de cette étude est de construire des représentations des structures et des processus d’accompagnement des PME françaises à partir de l’observation de 37 cas de créations accompagnées par une pépinière d’entreprises d’Ile-de-France. L’article retrace l’état de l’art sur l’entrepreneuriat accompagné, présente le protocole de la recherche, en analyse les résultats, puis en discute la portée théorique et pratique.

Jean-Jacques Pluchart
Professeur des Universités,
Université de Paris I Panthéon Sorbonne / UFR 06 / PRISM

Vous êtes ici : VSE 193 Les performances des réseaux d'accompagnement entrepreneurial