Font Size

Cpanel

VSE 193 - Prix de thèse 2012

Essai de modélisation de la constitution des équipes entrepreneuriales

Résumé :

Les équipes entrepreneuriales sont à l’origine de près d’une création d’entreprise sur deux en France. Elles sont la clé de voûte de ces entreprises généralement plus performantes que les autres. Mais ces équipes peinent souvent à se constituer et les projets collectifs échouent fréquemment à cause des équipes qui implosent. La littérature offre deux approches théoriques, a priori opposées, de la constitution des équipes entrepreneuriales : une approche stratégique et une approche socio-psychologique. Sur la base d’une étude qualitative abductive de dix équipes entrepreneuriales, nous examinons la participation de ces deux principales approches théoriques à la compréhension du phénomène de constitution des équipes entrepreneuriales. Nous proposons, in fine, un modèle renouvelé du phénomène, plus proche de la réalité étudiée et combinant ces deux approches contrastées. Les implications managériales, en termes d’accompagnement notamment, sont soulignées.

Introduction :

La réalité collective de l’entrepreneuriat, véritable leitmotiv dans les discours des entrepreneurs (fussent-ils entrepreneurs individuels) (Danjou, 2004) est quasi occultée par les pouvoirs publics et insuffisamment prise en considération par les chercheurs (Lindgren et Packendorff, 2003). La focalisation sur l’individu empêche de concevoir l’entrepreneuriat à des niveaux plus collectifs et ainsi le développement et la mise en place de mesures de sensibilisation et d’accompagnement plus appropriées (Corner et Pavlovich, 2007). Dans notre travail, nous nous focalisons sur une forme d’entrepreneuriat collectif en particulier : l’entrepreneuriat en équipe. Les équipes entrepreneuriales sont à l’origine, en France et ailleurs dans le monde (ex. États-Unis, Allemagne, etc.), de près d’une création d’entreprise sur deux (et près de deux tiers dans des secteurs tels que la high-tech) (Lechler, 2001 ; Moreau, 2005a). Elles sont aussi significatives de par leur impact positif démontré sur la performance de la nouvelle entreprise (Birley et Stockley, 2000 ; Eisenhardt et Schoonhoven, 1990 ; OCDE, 2003 ; Stam et Schutjens, 2004 ; Watson et al., 1995). Mais, même si une équipe entrepreneuriale constitue souvent une force pour une entreprise naissante (Timmons et Spinelli, 2007), ce n’est pas la panacée pour autant. A côté des avantages (tels qu’une démultiplication des ressources), l’équipe nécessite plus de gestion pour la coordination de l’ensemble (Paturel, 2007) qui peut souffrir du syndrome de « pensée de groupe » (Janis, 1982) et connaître des conflits. La mésentente entre associés (conflits affectifs en particulier ; Jehn, 1997) peut faire rapidement imploser l’équipe et c’est d’ailleurs la cause la plus importante d’échec des projets collectifs (Timmons et Spinelli, 2007).
Malgré leur importance, les équipes entrepreneuriales sont un champ de recherche peu exploré (Ucbasaran et al., 2003 ; Wright et Vanaelst, 2009). Parmi les sujets abordés dans la littérature, la constitution des équipes entrepreneuriales est le moins investigué (Aldrich et al., 2004). Or, il s’agit de la genèse de ce phénomène et elle a un impact durable sur la vie de l’entreprise créée (Ruef, 2002). Les professionnels de l’entrepreneuriat que nous avons interrogés affirment que cette question est la plus délicate. Ils manquent de visibilité sur cet aspect alors qu’ils reconnaissent son caractère crucial pour la réussite de l’entreprise. Aussi, comprendre la constitution des équipes entrepreneuriales permettrait de mieux les accompagner et ainsi accroître les chances de réussite des entreprises nouvelles (Forbes et al., 2006).
La littérature nous livre deux principales explications pour ce phénomène. L’une considère qu’il s’agit d’une quête stratégique de ressources tandis que pour l’autre il s’agit du résultat d’attraction interpersonnelle. Ces deux approches paraissent toutes deux valides mais difficilement conciliables, leurs dynamiques étant opposées. En effet, l’approche dite stratégique prône l’hétérogénéité de l’équipe alors que l’approche dite socio-psychologique consacre l’homophilie (principe de « qui se ressemble s’assemble ») comme mécanisme explicatif de la constitution des équipes entrepreneuriales et donc de leur homogénéité résultante.
Forbes et al. (2006) affirment que parvenir à clarifier si la constitution des équipes entrepreneuriales est conduite par des facteurs instrumentaux, interpersonnels ou une combinaison des deux est un véritable défi. Dans notre travail, nous entreprenons de relever ce défi. Notre problématique est celle de la constitution des équipes entrepreneuriales et de l’éclairage que peuvent apporter les deux approches contrastées présentes dans la littérature. Nous nous fixons deux principaux objectifs. Tout d’abord, nous cherchons à proposer une solution au paradoxe théorique de la constitution des équipes entrepreneuriales par l’analyse de la réalité des deux principales approches théoriques et la mise en place d’une stratégie de résolution de paradoxe proposée par Poole et Van de Ven (1989). Puis nous développons un modèle renouvelé du phénomène afin d’améliorer notre connaissance de la réalité et de permettre d’accompagner de façon plus performante la constitution des équipes entrepreneuriales. Nos contributions sont d’ordre théorique et méthodologique et se veulent aussi fortement tournées vers la pratique.
Afin de restituer notre travail dans cet article, nous nous proposons de commencer par cerner les équipes entrepreneuriales avant d’ancrer notre objet de recherche, la constitution de ces équipes, dans la littérature et la pratique. Ces cadrages effectués, nous présentons notre méthodologie de recherche, les résultats et terminons par les principaux apports, limites et perspectives de recherche.

Cyrine BEN-HAFAÏEDH
Enseignant-chercheur
Groupe ESC Troyes, Dépt. Innovation, Entrepreneuriat & Stratégie
Lauréate du Prix de Thèse ANDESE 2012.
Thèse soutenue sous la direction du Professeur Robert Paturel,
IAE de Brest, Université de Bretagne Occidentale

Vous êtes ici : VSE 193 Essai de modélisation de la constitution des équipes entrepreneuriales