Font Size

Cpanel

VSE 187 - Vie et Sciences de l'Entreprise - Prix de thèse 2010

Regards sur les stratégies de détournement dans l’industrie open source

Résumé :

La littérature sur l’open source a largement documenté la manière dont les firmes pouvaient valoriser les logiciels libres en ayant recours à des modèles ouverts ou hybrides. Grâce à une étude exploratoire approfondie menée auprès de professionnels de l’open source, cette recherche contribue à la littérature en montrant que celle-ci a passé sous silence une troisième catégorie de modèle d’affaires. Ces modèles se basent sur diverses stratégies de détournement qui, soit violent, soit contournent les règles des licences libres par le biais de divers procédés techniques.

Abstract :

Scholars have largely described how to create value with open source software by means of open or hybrid business models. Thanks to an exploratory study among open source observers, this research depicts a third type of business models. These models are based on hijacking strategies which are aimed at using various technological means to violate or bypass the rules of OSS licenses.

INTRODUCTION

Au début de l’informatique, l’utilisation de logiciels était réservée à un public de spécialistes satisfaisant leurs propres besoins grâce à des applications spécifiques. Pendant cette phase, les logiciels étaient diffusés avec leur code source et généralement ils accompagnaient le matériel (Dalle et al., 2005: 413). Toutefois, l’évolution des langages de programmation (Bancilhon, 2007), la standardisation des infrastructures et des besoins des utilisateurs ont donné naissance à une économie autonome du logiciel. Ce phénomène a conduit à la naissance d’une nouvelle catégorie d’entreprises commercialisant des logiciels mais gardant secret leurs codes sources. En fait, ce qui fut inventé, ce n’est pas le logiciel libre, c’est plutôt le logiciel fermé, car au départ les logiciels sont libres. La notion de « logiciel propriétaire » a émergé dans les années 70 à partir du moment où le logiciel s'est découplé du matériel (Tuomi, 2005: 431).
Récemment, un phénomène a émergé : le retour à l’ouverture des logiciels, mais cette fois également pour les non spécialistes. Sous l’impulsion de Richard Stallman et d’autres « hackers » souhaitant revenir à l’âge où les utilisateurs contrôlaient leurs applications, un mode de diffusion basé sur le partage a été établi : le « Free Software ». Pour ces individus, un logiciel est considéré comme « Free » (libre) s’il possède quatre libertés : l’exécution, l’étude, l’amélioration et la distribution. La notion d’ « open source » est apparue plus tardivement du fait que la première faisait apparaître une ambiguïté entre la liberté et la gratuité. En effet, il était nécessaire de promouvoir ces logiciels auprès des professionnels de l’industrie qui n’appréciaient guère cette confusion : une nouvelle appellation se focalisant sur l’ouverture du code fut adoptée.
Par leur caractère ouvert, les logiciels libres ont d’abord introduit une innovation dans le domaine de la façon de concevoir des logiciels. Dès lors, les premiers travaux universitaires se sont focalisés sur l’aspect organisationnel des communautés open source (Kogut & Metiu, 2001). Plus tardivement, les logiciels libres ont bouleversé la manière de valoriser le code informatique. Les recherches se sont alors penchées sur la manière dont les entreprises pouvaient tirer profit de ce type de logiciels (Bonaccorsi & Rossi, 2003b) et ce en l’absence de monopole dans les domaines de la modification et de la diffusion (Bonaccorsi et al., 2006).
Le présent article décrira la manière dont les logiciels open source sont valorisés. Pour ce faire, l’article procédera comme suit. La première section offrira une description, un historique et quelques chiffres sur l’open source. La seconde proposera une synthèse des travaux existants sur les modèles d’affaires adaptés à l’open source. La troisième mettra en exergue la présence d’un modèle d’affaire non décrit dans la littérature, le matériau empirique et la méthodologie. La quatrième décrira les cas et présentera les différentes stratégies de détournement. La cinquième conclura et proposera quelques points de discussion sur les modèles d’affaires de l’open source.

Vous êtes ici : VSE 187 Prix de thèse 2010 Regards sur les stratégies de détournement dans l’industrie open source