Font Size

Cpanel

VSE 187 - Vie et Sciences de l'Entreprise - Prix de thèse 2010

Evaluations institutionnelles et incitations

Nous assistons ces dernières années à un mouvement marqué vers une emprise de plus en plus forte des évaluations institutionnelles sur le monde de l’enseignement et de la recherche. Sans aucune vocation d’exhaustivité, rappelons notamment que les écoles de commerce et certaines universités s’efforcent de décrocher des labels (AACSB, EQUIS…), que les établissements d'enseignement supérieur et de recherche (ainsi que leurs laboratoires et formations) sont évalués régulièrement par l’AERES, et enfin que les revues scientifiques sont classées par divers organismes dont le CNRS.

    Ce mouvement peut s’expliquer simplement à la lumière de la théorie du signal, mise à l’honneur par le prix Nobel d’économie 2001 attribué à Akerlof, Spence et Stiglitz. Considérons par exemple les écoles de commerce. Elles s’emploient à attirer les meilleurs étudiants et les meilleurs enseignants et à nouer des accords avec des partenaires prestigieux. Historiquement, elles connaissaient une concurrence régionale, qui est devenue nationale et qui aujourd’hui, du fait de la mondialisation, dépasse désormais les frontières nationales. Se faire une idée de la qualité des enseignements dispensés dans quelques écoles au niveau d’une région est relativement simple. Il en est tout autrement d’une démarche similaire appliquée à des centaines d’écoles de commerce en Europe. Du fait de l’hétérogénéité de ces établissements, l’asymétrie d’information pénalise les « bonnes » écoles et les incite à réaliser des efforts importants pour se signaler. De la même façon, la liste des revues AERES pour le domaine économie-gestion compte plus de deux mille revues publiées dans des langues très variées. Quel chercheur de notre communauté pourrait connaître la qualité de toutes ces revues ? Alors même que le nombre limité de revues académiques francophones en économie et gestion permettait jusqu’à présent à nos communautés de fonctionner sans de telles évaluations institutionnelles.

    Un tel mouvement a suscité de nombreux débats sur les biais inhérents aux méthodes d’évaluation qui s’institutionnalisent progressivement (cf. le dernier numéro des cahiers internationaux de sociologie). De nombreux effets néfastes ont été identifiés, parmi lesquels nous pouvons citer : des regroupements d’entités qui n’auraient pour autre but que d’additionner des publications et une asymétrie dans l’évaluation au détriment des ouvrages et au bénéfice des articles (avis de la      Société Française de Management). Ces effets pervers des évaluations institutionnelles sont bien réels, mais je voudrais ici attirer l’attention sur le caractère incitatif de ces mécanismes à travers les évolutions récentes de la revue VSE.
    Dans ce contexte institutionnel turbulent, VSE a entrepris une profonde mutation dans l’année écoulée pour être toujours en mesure d'attirer les meilleurs articles et les meilleurs auteurs. Pour s’ouvrir au monde, une traduction en anglais du résumé de chaque article est désormais systématiquement publiée et VSE accueille dorénavant des articles en anglais de chercheurs internationaux. Pour accroître sa diffusion et sa visibilité, VSE a révolutionné son modèle d’affaire en figurant sur les bases de données électroniques. Plusieurs années d'articles sont déjà disponibles sur la base cairn.info. Econlit ainsi que Ventes et gestion (EBSCO) suivront puisque, après évaluation, nous avons été très récemment acceptés. Notre présence dans l’Econlit Expanded Journal List constitue d’ailleurs un signal de la qualité de notre revue. De nombreux autres chantiers ont été menés à bien durant cette période : nouvelle maquette et nouvelle couverture, réorganisation du processus de soumission et d’évaluation des articles, création d’un site internet autonome pour la revue…

En prenant du recul, on ne peut que constater combien ce contexte d’évaluations institutionnelles accrues a constitué un aiguillon puissant pour nous inciter à nous réorganiser, tout en restant fidèles à notre projet éditorial : qualité et refus de l’hyperspécialisation.

Ce projet s’incarne dans une des institutions de VSE, la publication des articles lauréats du prix de thèse de l'ANDESE. Le jury, animé par Mme Denise Flouzat, a évalué 40 thèses d’économie et de gestion soutenues en 2009 au sein d’établissements prestigieux (universités françaises, CNAM, EHESS, IEP, Polytechnique, Ecole Normale Supérieure, Ecole des Mines,…). Notons que, selon la qualité des thèses évaluées chaque année, on observe une égale proportion entre thèses d’économie ou de gestion parmi les lauréats, voire certaines années une majorité de l’une ou l’autre de ces deux disciplines. A travers ce numéro spécial, VSE a l’occasion de distinguer des docteurs dont les travaux sont caractérisés par une grande qualité doublée d’une originalité indéniable.

Carolina SERRANO ARCHIMI explore le concept de « cynisme » au sein des organisations. Elle analyse des discours tenus dans une table ronde semi-directive puis recourt à un questionnaire sur un échantillon de managers.
Denis CHABAULT applique la théorie des parties prenantes aux pôles de compétitivité afin d’éclairer la gouvernance de ces formes d’organisations qui réunissent des réseaux et des acteurs très hétérogènes. Cette recherche s’appuie sur deux études de cas.
Frédéric ISELIN propose d’analyser la proposition de valeur comme un levier de différenciation pour les start-up technologiques françaises sur la base d’une étude réalisée par questionnaire.
A partir de cas récents, Nordine BENKELTOUM propose de compléter les différents modèles d’affaires adaptés à l’open source recensés par la littérature. Il met en évidence des pratiques de détournement, à la limite de la légalité et des valeurs de la communauté du libre.

Nous avons complété ces articles issus du prix de thèse par un article sur le monde de la recherche. En effet, le professeur Jean-Jacques PLUCHART analyse les transitions de carrière d’enseignants-chercheurs issus de l’entreprise. A partir d’un questionnaire, il cerne les facteurs d’attraction et les barrières à l’entrée de cette profession puis la façon dont ces enseignants-chercheurs nomades conçoivent leur activité.

Vous êtes ici : VSE 187 Prix de thèse 2010 Evaluations institutionnelles et incitations